Tops et flops cinéma 2015 par Yip/Jump Films

Le classement que vous allez lire n’est pas fait par ordre de préférence mais par ordre alphabétique. En effet, je n’ai pas réussi à trouver mon « film préféré » de l’année 2015. Et il y a pas mal de films que j’ai envie de découvrir mais que j’ai malheureusement loupé (Mad Max Fury Road, Ex Machina, Knight of CupsThe Imitation Game, Le Pont des Espions, Mission Impossible Rogue Nation, Victoria, Sea Fog, Snow Therapy, Youth, Valley of Love, The Wave, The Walk, L’idiot !, etc) ou un documentaire inédit que je n’ai pas réussi à visionner mais qui promet d’être juste génial (Giuseppe Makes a Movie). Par contre, en salle, j’ai eu l’occasion de me faire sodomiser par des dinosaures et Jean Reno.

Lire la suite

Nouveau clip / mashup : un hommage à Lucie Blush

C’est Noël : voici ma dernière vidéo, un hommage à Lucie Blush sous la chanson We Will See de Pasadena Projekta !

Photo Guido Castagnoli.

Photo : Guido Castagnoli.

Qui est Lucie Blush ? Il s’agit d’une jeune française désormais berlinoise qui s’est mise à la réalisation de courts-métrages pornographiques féministes. Certains d’entre vous doivent se demander si cette combinaison est possible. Etant donné que nous vivons dans un monde plein de surprises, je vous dirai que oui et Dieu merci. Elle est possible à partir du moment où le film porno cherche à exciter la femme ET l’homme. Ou juste la femme dans un cas extrême, à l’image de la pornographie « populaire » majoritairement machiste.

Lire la suite

Bandes annonces pour la trilogie documentaire « Barbara » de Jean Pfeiffer

0_barbara

J’ai eu l’honneur de faire les bandes annonces pour la trilogie documentaire Barbara de Jean Pfeiffer.

Pour la petite histoire, j’ai rencontré Jean Pfeiffer il y a trois ans à l’excellent festival Courts-Mais-Trash à Bruxelles. J’y étais pour présenter mon premier court-métrage, Lettres de suicide, et on m’a fait savoir qu’un autre strasbourgeois était présent à ce festival pour présenter deux documentaires consacrés à une et même personne : Georges et Barbara et Vivre et laisser jouir. Documentaires autoproduits qui présentent Georges, alias Barbara, un prostitué travesti alsacien à la retraite qui décide de quitter la France pour la Thaïlande. Comme beaucoup de personnes présentes dans la salle, j’ai été surpris, touché et j’ai eu des barres de fous rires face à cette personnalité atypique qu’est Barbara (qui, en plus, a un accent alsacien à couper au couteau). A l’issue de la projection, j’ai fait connaissance avec le bonhomme derrière tout ça et je dois dire qu’il s’agit d’une des plus belles rencontres que j’ai pu faire en festival.

Je me souviens notamment de ce petit moment :

Jean : Tu es gay ?

Moi : Non, j’ai une copine.

Jean : Ça viendra.

Il y a quelques mois, Jean m’a demandé de monter les bandes annonces de sa trilogie et j’ai enfin pu découvrir son troisième volet : Love is the drug, un film d’une vingtaine de minutes entièrement tourné en caméra caché en Tunisie. Un film un peu plus étrange que le deux précédents sur lequel il est difficile d’avoir un avis fixe, mais qui reste inoubliable notamment grâce à son parti pris de « mise en scène ».

Sa trilogie est disponible en dvd chez L’Harmattan Vidéo. Vous pouvez visionner Georges et Barbara en VOD sur le site, par contre, la galette est indispensable pour découvrir les deux autres volets. Le prix du DVD vous freinera peut-être (20€), mais pour soutenir ce type de belle production qui peine à être diffusée, ça en vaut la peine. Pour le moment, voici de quoi vous mettre l’eau à la bouche :

La soirée DO IT YOURSELF ; that happened!

1536496_439094149630208_2811984270323973837_n

Il y a une semaine (le jeudi 15 octobre), a eu lieu la soirée DO IT YOURSELF / DIALOGUES AUTOUR DU FILM AMATEUR ET AUTOPRODUIT au cinéma Star St-Exupéry. Pour cette soirée, je tiens à remercier sincèrement :
Thyl Sadow, Robin Knock et Andrea pour être venus représenter ce beau film qu’est D.O.D. Dead on Departure (et pour voir improvisé un flyer).
– Gilles et Laetitia du bar La Mandragore pour leur aide et soutien.
Adrien Juncker de Skiffels pour son aide et soutien.
– Les copains pour leur soutien.
Philippe Heller, le projectionniste, pour avoir osé convertir nos deux films en DCP.
Hélène Rastegar du festival Chacun son court pour la conversation et la curiosité.
Laura Cassarino de l’association MIRA pour avoir montrer ce beau petit hommage à Jean Albert.
– Toutes les personnes que je connais ou que je ne connais pas qui sont venues assister à la soirée.

On a fait 10 entrées de plus que le dernier Woody Allen, les gens, c’est le début de la révolution, WoOHOu !

Et bien sûr, un grand grand merci à Julie Picard et Stéphane Libs des cinémas Star pour avoir accepter et soutenu ce petit projet.

J’aurais voulu qu’un peu plus de questions soient abordées ce soir là, mais pour une question de timing, c’était difficile. C’était une chouette soirée.

DO IT YOURSELF, le Before : liste des courts-métrages

Hier soir a eu lieu le « Before » de la soirée Do it yourself. Ce « Before » s’est déroulé dans le joyeux bar strasbourgeois La Mandragore. Pour rappeler l’idée, cet événement a pour objectif de mettre en avant les films amateurs / autoproduits. Et pour résumer le tout plus en détails, je ne peux que partager ce joli texte écrit par Gilles Rohmer, le boss de La Mandragore :

« Le cinéma maison a la côte. C’est le cinéma de la boulangère du coin, de l’étudiant du cinquième, de l’instit, du chômeur ou de la vendeuse de slips, de monsieur et madame tout-le-monde. La démocratisation des appareils de filmage et des ordinateurs permettant le montage et la diffusion sur des réseaux de plus en plus puissants, n’y est pas pour rien. On peut tout et on le peut tous. Mais c’est aussi, peut-être, parce que de plus en plus de gens ont envie de crier des choses à la face du monde. Toutes sortes de choses et de toutes sortes de manières. Démonstration en deux soirées, portées à bout de bras par Rock Brenner, l’acharné aux manettes de Yip/Jump Films.
La première aura lieu chez nous, le dimanche 11 octobre à 20h30. « Do It Yourself, le Before ». Mise en bouche avec quatre sessions de courts (voire ultra-courts) métrages, tous affranchis de contraintes économiques, posant chacun un regard unique sur notre société et dont la seule règle est de s’autoriser à tout moment de n’en respecter aucune. Ces films sont là, maintenant, ils parlent de nous, là, maintenant.

La seconde, à ne rater sous aucun prétexte, aura lieu le jeudi 15 octobre à 20h00 au Star Saint-Exupéry. Projection de deux moyens métrages totalement inédits et absolument épatants: « A Confused Story », un mash-up de 39 minutes sur ce que c’est que d’avoir plus ou moins dix-sept ans, et « Dead On Departure », un road-movie fantasque où il est question, entres autres et pèle-mèle, d’amour, de mort et de loyauté envers soi-même. Les deux films seront suivis de dialogues autour du film amateur et autoproduit. »

Voici les courts-métrages qui ont été diffusés hier soir :

Lire la suite

Soirées DO IT YOURSELF! – « D.O.D. Dead on Departure » et « A Confused Story » au cinéma Star St-Exupéry de Strasbourg

Do it yourself - StarProg 2

Strasbourgeois(es), gens de passage, voici 2 dates que vous pouvez noter dans vos agendas. Deux soirées baptisées DO IT YOURSELF! consacrées au cinéma amateur et autoproduit (parce qu’il est temps de leur rendre justice, bordel !) :

– Celle du dimanche 11 octobre au bar La Mandragore à 20h30 : une projection de courts-métrages durant laquelle vous pourrez découvrir des perles de Jean-Marie Villeneuve, Adrien Juncker, Jean-Michel Berlamont, Adrien Bonneau, Matthieu MoerlenMathieu Berthon, Tom Broggi et bien d’autres.

– Celle du jeudi 15 octobre au cinéma Star St-Exupéry à 20h : grosse soirée projections et dialogues sur le film amateur et autoproduit avec notamment D.O.D Dead on Departure un petit chef d’oeuvre belge pondu par Les Films de Vacances (Manuel Bardin, Guillaume Brant, Muriel Etienne, Robin Knock, Thyl Sadow, Guillaume Willeme, Pierre-Olivier Bachmann) et A Confused Story, mon mashup sur le thème de l’adolescence. Deux œuvres invisibles sur le net qui démontrent qu’il n’y a pas qu’un seul moyen de faire un film.

Curieux et amoureux du cinéma, notez-les, pensez-y, parlez-en, venez ; ce sera beau.

Bon, quelques bandes annonces apparaîtront très bientôt, donc vous serez tenu au courant.

Un grand merci à l’équipe des cinémas Star de Strasbourg (Stéphane Libs, Julie Picard) pour avoir rendu ce petit projet possible.

Bande annonce de D.O.D. :

Bande annonce d’A Confused Story :

Nouveautés : un mashup, un court-métrage et un film suédé

Ça fait un petit moment que je n’ai pas donné de news, d’une part parce que je suis une feignasse et d’autre part parce que ces dernières semaines étaient plutôt remplies : une projection de Lettres de suicide à Strasbourg (lors d’une soirée organisée par La Fabrique des Lucanes), une autre d’Une Comédie romantique à Paris (à l’occasion d’une des Projos de Greta) et j’ai été miraculeusement appelé pour être jury à l’école de cinéma 3IS près de Paris… et le reste est personnel.

Le mashup : « Fuck it »

J’ai donc monté un petit mashup baptisé Fuck It dans le cadre de la soirée SplitMix qui s’est déroulée au cinéma Star de Strasbourg le mois dernier.

Thème : « Boite de nuit ».
Contrainte image : des scènes en boite de nuit.
Contrainte son : bande son tubes disco, hip-hop ou/et électro.
Contrainte durée : maximum de 3 minutes.

J’ai donc utilisé des images d’une vingtaine de films sous deux morceaux de l’angoumoisin DRA’man (qui m’avait déjà laissé utiliser un de ses morceaux dans Une Comédie romantique), véritable obsédé des mashups musicaux et dont l’un d’eux figure (sans son autorisation) dans la bande originale de la comédie américaine Neighbors (Nos Pires voisins en France) de Nicholas Stoller.

Voici le résultat :

Je vous invite sérieusement à écouter les mashups de DRA’man. Il y en a des centaines, tous en téléchargement gratuit et certains sont de véritables perles : https://soundcloud.com/draman

Le court-métrage : « Fabrice au pays des merveilles »

Je me suis aussi permis de participer au Marathon Vidéo 48h (qui s’est déroulé il y a déjà plus d’un mois et il s’agissait d’écrire, tourner et monter un court-métrage de 4 minutes en deux jours) avec Adrien Juncker de Skiffels avec qui nous avons pondu un objet… étrange. Qui n’a pas du tout plu. Pourquoi ? Ben parce que les strasbourgeois sont tous des gros cons bouffeurs de saucisses qui ne savent pas reconnaître les vrais génies et qui – comme dirait le rappeur DF – ne seraient même pas foutus de retrouver leur trou de balle avec une carte et un GPS, haha !!! Non, je plaisante, j’exagère, je m’égare…

Je suis le premier à dire que ce court-métrage est bourré de défauts (il aurait pu être mieux si nous avions eu plus de temps, mieux écrit, avec une fin moins expéditive, bla bla bla…). Mais il possède quelque chose que nous apprécions : une ambiance en total décalage avec la plupart des courts-métrages proposés lors d’un événement tel que le Marathon Vidéo. Et malgré ses défauts, Adrien et moi assumons complètement ce petit court. Nous voulions montrer quelque chose d’un peu différent et nous savions que ce court n’allait pas gagner le coeur d’une grande partie du public. Le résultat n’est peut-être aussi bien que nous l’espérions, mais au moins, nous avons essayé.

Thème : « L’expérience interdite ».
Notion : infini.
Objet : un oeuf.

(Le montage a été modifié depuis la projection du Marathon.)

Pour ce court-métrage, je remercie Victor Lauffer, Olivier Selig, Fabrice Sérapion, Arnaud Delecrin, Arnaud Reeb, Martin Matterer, Petrouchka Milosévitch, Jean-Georges de La Blatte, Florian Détrée, François Delamarre, Blair Harris, Admirable Nelson, Ernest Ping et Nicolas San. Et évidemment Adrien Juncker qui s’est investi comme un malade sur ce court.

Clin d’oeil à la Beuleup Prod qui a pécho une mention spéciale lors du Marathon avec leur rigolo court-métrage Super Eggs Me.

Le film suédé : « Pirates des Caraïbes »

Oui. Le titre n’est pas une illusion. Avec les élèves de mon atelier vidéo (qui sont âgés entre 14 et 16 ans), nous avons suédé cette chose. Je n’avais encore jamais vu ce truc et lorsque les élèves se sont mis d’accord sur le film à suéder (parce que ce sont eux qui choisissent), j’ai évidemment dû me le taper. J’ai mis une semaine pour le regarder en entier. C’est un film qui dure 2h20 et je l’ai vu en 5 fois. Récemment, j’ai regardé La Commune de Peter Watkins, un film de 6h. Je l’ai vu en 3 fois. Tout ça pour dire que Pirates des Caraïbes est une merde. (Elève de mon atelier, si tu te perds malencontreusement sur ce site et tombe sur ces mots, sache que ce n’est pas toi ou tes goûts cinématographiques que j’insulte ou juge ; en tant que spectateurs, nous commettons tous des péchés. Moi, par exemple, je confesse avoir surkiffé ce nanar de Super Mario Bros, le film.)

Ce film suédé a été tourné en avril dernier et il n’est peut-être pas aussi foufou que la version suédée des Oiseaux qu’on a faite avec Adrien Bonneau, mais il a quelques passages très sympathiques et ce fût avant tout une jolie expérience avec des adolescents motivés, drôles et imaginatifs.

Je remercie Thyl Sadow de m’avoir permis d’utiliser un extrait de son magnifique moyen-métrage D.O.D. – Dead on Departure en guise d’introduction.

Pour ce qui est de la suite, je prépare un « mockumentary » pour Ose ce concours et un court-métrage baptisé Phil. Si tout se passe bien, il y aura bientôt des nouvelles.

Sur ce, je vous laisse avec eux :